« J’aime bien la diversité »

Étudier à l’étranger n’est pas un chose facile. Beaucoup y vont dans l’espoir de servir plus tard leur pays, d’autres par contre y trouvent des opportunités et y restent. Mais comment arrivent-ils à étudier en terre étrangère? Surtout à des milliers de kilomètres de son pays ? Découvrez le témoignage de Joël Muteba, étudiant en génie informatique à l’Université d’Ottawa.

Ma crainte

Ma  plus grande crainte était de me séparer de mes parents et aussi l’inconnu, mais c’était à la fois une chose que j’avais envie d’expérimenter. Je suis quelqu’un qui ne m’ouvre pas toujours facilement d’où l’enjeu capital était de trouver des gens avec qui je pouvais évoluer et finalement ça s’est fait en pas trop de temps.

Mon adaptation

Etant donné que je passais du secondaire à l’université, les changements n’étaient pas moindres: être dans une salle de plus de cent étudiants parfois et parvenir à suivre le cours sans que personne ne t’oblige à noter par exemple. Autre chose, le froid, à Kinshasa c’était le soleil (plus de 25°c) du 1er janvier au 31 décembre mais quand je suis arrivé, il faisait déjà presque 15°c et moins dans la soirée. Ça n’a fait que s’empirer en hiver.

Les avantages du système éducatif

Il m’est difficile de faire une comparaison vu que je n’ai pas fait mes études universitaires en RDC.

Ici (Canada; Ottawa), j’aime bien la diversité, il y a une représentativité de toute la planète. Aussi le bilinguisme, je peux prendre des cours en Français ou en anglais avec certains restrictions quelques fois. Et j’ai été aussi facilité avec une diminution de frais pour étudiants étrangers francophones.

Mon conseil

Ne pas lâcher facilement et se donner des objectifs et toujours s’en rappeler. Au début ça peut être dur de trouver une routine qui nous aide à réussir mais il faut lutter pour y arriver.

Il faut poser des questions, faire des recherches sur les cours, poser des questions aux étudiants qui les ont déjà pris.

Ce qui est important ici, est de s’informer sur le marché de travail du programme qu’on fait pour savoir si les opportunités sont bonnes, demander aux profs et regarder sur internet comment, pendant ses études on peut déjà se faire un bon cv.

Un commentaire Ajouter un commentaire

  1. Guylain Muhe dit :

    courage courage et courage.je enchanté d’écouter un compatriote temoigner cela.

    J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s