Chapitre 6 : Ton pied, mon pied

le

Chidinma (1)

En tant que chef! Non mais il plaisantait là! Quand elle avait besoin de lui, où était-il? Triste en pensant à ce qu’elle avait enduré, elle eut les larmes aux yeux et lâcha :

  • Messieurs Duncan, Peterson et Billes
  • Comment ont-ils pu? Dit-il du tic au tac…Oh mon Dieu! Tu es sûr de ce que tu racontes? Demandait-il pour être sûr que ses oreilles n’étaient pas bouchées
  • Oui et je suis sûre que aujourd’hui, ils occupent ton poste vu qu’ils l’ont convoité pendant très longtemps !

Se rendant compte de son erreur, Éric était abattu puisque en fait Johnson’s Enterprise était tombée dans les mains de ses ennemis jurés! Que faire? Il a remis toutes les responsabilités dans les mains de ses pires ennemis sans s’en rendre compte.

Johnson’s Enterprise était l’œuvre de son père Ric Johnson. Juste avant sa retraite, il remit l’entreprise à son fils et ceci devant Matt Duncan, l’un de ses meilleurs alliés. Ce manque de confiance, Matt en a souffert pendant longtemps jusqu’à se jurer de prendre le contrôle de Johnson’s Enterprise par n’importe quel moyen. Penser juste à cette idée, il s’en voyait ravie et le jour où Éric a remis l’entreprise à Taiana, une arriviste de rien du tout, il a toute de suite mis son plan en marche.

Sous les ordres de Taiana, les affaires prospéraient tellement bien qu’Éric se disait qu’il allait lui donner toutes les responsabilités de l’entreprise. Cette démission brusque pendant qu’il intercédait pour elle auprès du célèbre Ric Johnson, Éric dût accepter sa démission sans se douter que Matt Duncan était la première cause de la démission de sa protégée.

La question qu’Éric se posait était de savoir comment le déloger et reprendre les rênes de l’entreprise. Comment? Taiana était la clé pour trouver comment le déloger. Elle était la seule à avoir vécu avec Matt et sa clique durant son absence. Mais comment la convaincre de rentrer? Dans l’entre-temps, elle ne cessait de hanter ses rêves, elle avait une beauté enivrante, une beauté qu’il ne pouvait comparer à ses précédentes conquêtes.

  • Cédric? (Au téléphone)
  • Ouais,
  • Tu veux bien me rendre un service?
  • Lequel? Mais concernant Taiana, c’est non!
  • Ecoute, c’est important, elle est la seule personne en mesure de me sortir de là. Dit-il en le suppliant
  • Tu l’as pourtant laissé tomber. Réagit-il… As-tu seulement pensé à savoir comment elle en a souffert? Au fait pourquoi tu ne le fais pas seul? [Faisant le curieux]
  • Oui, je veux bien. Mais j’ai peur qu’elle rejette mon offre
  • Essaie mon vieux et si elle rejette, j’essaierai à mon tour
  • Okay, merci Cédric.

Il avait jalousement gardé le numéro de contact de  Taiana, maintenant il était temps d’aller le chercher …

  • Salut, c’est Taiana, je ne peux pas répondre maintenant, laissez-moi un message.
  • C’est Éric, on peut se voir ce soir? S’il te plait

Le répondeur,…Cette voix, aussi sensuelle qu’ensorcelante, il aimait l’entendre quoi que timide, il aimait Taiana à mourir

***

La demande

  • Tu veux me voir ce soir? Demandait-il à Taiana au téléphone
  • Oohh désolée, j’ai beaucoup à faire ce soir et j’avoue que je n’ai pas le temps pour moi-même… C’est pourquoi? Je peux t’aider même par téléphone

Elle était plus détendue que d’habitude et ça se sentait même par la voix

  • En fait, je voulais te parler d’un travail
  • D’un travail ou de retourner à Paris?

Question difficile à répondre

  • Les deux
  • Éric, tu connais bien la réponse
  • Pourtant ce n’est pas un problème de te le redemander
  • Peut-être qu’un mensonge arrangerait les choses.
  • Depuis que j’ai démissionné, je me sens bien dans ma peau. Ce travail ne me convenait pas, c’était une erreur de travailler avec toi.

Je l’ai senti quand tu me posais tant de questions sur ce que je fais actuellement mais je n’ai plus le cœur à retourner à Paris. J’espère que  tu me comprends.

Ne voulant pas se résigner, il avait foi qu’elle accepterait

  • Tai, tu es la seule personne qui peut me défendre sans faute sur ce coup. Chérie, j’ai besoin de ton aide

Elle avait bien entendu? Tous ses sens fonctionnaient avec une telle rapidité, Seigneur! Elle avait du coup chaud !

  • Éric, le moment est mal choisi pour s’appeler comme ça, tu ne trouves pas?
  • Pourtant je viens de t’appeler Chérie, tu veux que je répète ?
  • Que veux-tu que je fasse? Et va droit au but, s’il te plait [rougissant]
  • Je veux que tu rentres à Paris pour reprendre le contrôle de Johnson’s Enterprise
  • Eriiicc
  • Ça ne prendra pas beaucoup de temps. se précipitait-il de préciser
  • T’en sais rien. Sois précis
  • Vu l’état des choses, ça peut prendre deux ou trois mois. Tai, je sais que c’est beaucoup te demander avec ton travail mais j’ai besoin de ton aide. L’entreprise est vraiment male et tu es la seule personne à la faire revivre
  • (Tu parles) Très bien! J’y vais mais avec toi!
  • Je ne crois pas
  • Alors je ne fais rien!
  • Ok, ok on y va quand tu veux

Il avait peut-être convaincu Tai de retourner à Paris mais là, l’attendait un vrai cauchemar, l’entreprise avait fait faillite et avait même perdu la clientèle voire sa crédibilité sur le marché. Il y avait du  pain sur la planche !

***

Étonné, Matt n’en revenait pas de revoir Éric encore moins Taiana

  • Matt !
  • Que puis-je faire pour vous?

Il les avait reçus comme des vrais inconnus

  • Monsieur Duncan, comment allez-vous?

Troublé

  • Merci

Il fallait aller droit au but, l’heure n’était pas à la blague il ne fallait pas perdre du temps à des banalités.

  • Comment évolue l’entreprise, les personnels?
  • Oh oui, tout va bien

Il transpirait et il hésitait dans ses réponses

  • Puis-je voir le cahier de compte?

Le cahier de compte ! Non, mais pour qui il se prenait ?

  • Je ne saurai te le donner Éric, qui es-tu pour que je te le remette?
  • Pardon? Je suis ton supérieur et je suis en droit de te le demander ! Tout en essayant de se contenir
  • Cette entreprise m’appartient !

Éric faillit avoir une attaque

  • A toi? Depuis quand?
  • Bien sûr. Depuis que tu es partie avec ta traînée.

Il le disait en fixant Taiana des yeux.

Hors de lui, Éric demanda à Matt de lui présenter sa démission dans les 24 heures qui suivait et de remettre l’entreprise à Taiana.

***

Le dîner

Remettre l’entreprise sur pied n’était pas une mince affaire après tous les dégâts qu’avait causés Matt et son équipe. Elle s’annonçait beaucoup plus difficile qu’Éric ne le pensait.

Après six mois, Matt avait remis sa démission avec beaucoup de peine et Taiana avait réussi à restructurer l’entreprise à la demande d’Éric. Il était très content du travail abattu par les siens et particulièrement sa secrétaire particulière qui était devenue directrice adjointe de Johnson’s Enterprise.

  • Bonjour Taiana

Levant la tête, c’était Éric, plus beau que jamais !

  • Hey, tu vas bien?
  • Je vais bien merci et toi?
  • Je ne peux que te dire que je vais bien vu que tout marche comme tu le voulais.
  • En effet oui. Taiana, j’ai entendu dire que tu ne te reposais plus, c’est vrai?
  • Je me repose quoi que pas assez mais je me repose. Qui te l’a dit?
  • Je préfère garder ça pour moi, tu es libre ce soir?
  • Non, Kate m’a invitée à une de ses manifestations bizarres, tu la connais
  • Tu iras?
  • Bien sûr
  • T’es pas obligée d’y aller, tu sais.

Un coup d’œil à la dérobée juste pour vérifier si c’était vraiment vrai, Éric insistait pour dîner avec elle. La première idée qui lui venait c’était de décliner l’invitation mais comment le faire, elle mourait d’envie d’être avec lui.

  • Je vais réfléchir et je te dis quoi ce soir,

Le soir, arrivée chez elle, Taiana pensa à la demande d’Éric et se dit  » pourquoi pas », se détendre parfois dans la vie, c’est important. Avec lui en tête-à-tête, juste tous les deux.

  • Éric? Ça me va, si tu tiens toujours à dîner avec moi
  • 20h, ça te dit?
  • Okay

Il était 19 heures à la montre de Taiana. Elle allait dîner avec l’homme qui hantait ses nuits et elle devait se faire très belle juste pour lui.

Un dernier coup d’œil au miroir, elle sentait qu’il manquait une toute petite chose à son maquillage, éviter des coiffures professionnelles ou des causeries professionnelles durant ce dîner pour ne pas tomber dans l’ennuie.

À 20h tapante, elle était déjà prête et elle n’attendait qu’Éric. 15 minutes plus tard, il était là. Parfois les mots sont difficiles à trouver lorsque nous sommes devant la personne qui est en mesure de briser les remparts qu’un cœur brisé a pu ériger durant tant d’années. Éric était juste tout ce qu’il fallait à Taiana, un homme en mesure de donner de l’espoir à ce cœur désespéré.

  • Prête?

Toute souriante mais en mode maîtrise, Taiana monta dans la voiture d’Éric le cœur battant la chamade.

  • Tu es très belle
  • Toi aussi, tu es très beau

Arrivés au restaurant, Éric et Taiana prirent place et dinèrent sans parler du travail mais pour la première fois, ils ont réussi ou du moins Éric avait réussi à briser tous les murs qui empêchaient à Taiana de se sentir aimer par un homme.

Une fois le dîner fini, Taiana devait rentrer chez elle…

  • Tu as du travail demain?
  • Évidemment que j’en ai!
  • Taiana, je dois t’avouer quelque chose, je sais que tu es revenue juste pour me rendre service et tôt ou tard, tu voudras rentrer à Londres parce que c’est là que tu préfères faire ta vie. Je veux également que tu y retournes mais il s’est avéré que tu es la seule personne qui ait pu relever une entreprise déjà en faillite. Personne n’aurait eu ce courage de tout abandonner pour une entreprise alors je te demande ce soir, si tu veux bien rester pour moi, je ferai tout mon possible pour que tu ne manques de rien,…

Rester! Bien sûr, elle le ferait s’il acceptait de rester aussi mais…

  • Éric, tôt ou tard, je voudrais rentrer à Londres. Oui, tu as raison. Je ne veux pas que tu te fasses du mal pour moi en disant que tu feras tout ton possible pour que je ne manque de rien mais j’ai presque une famille à Londres et elle me manque énormément.

Il prit les mains de Taiana pour la réconforter. Que faire? Ses sentiments le pousser à lui voler un baiser. Au-dessus de ses toutes forces, il posa un baiser sur les lèvres de Taiana. Des lèvres chaudes qui au départ hésitèrent mais qui l’invitèrent à l’embrasser encore et encore.

  • Éric, s’il te plait.

Enivrée par les baisers

  • Chut, laisses-toi aller

Durant ces quelques minutes qui durèrent presque une éternité, ils s’accordèrent comme s’il n’y avait qu’eux sur terre, des baisers pleins de passions et d’amour. Taiana savait parfaitement répondre à ces baisers qu’elle attendait depuis plus de 9 ans.

La passion qui couvait dans ses baisers, ses mains lentes et savantes qui parcouraient son dos disposé aux caresses. Une chaleur subite envahit son ventre. Que lui arrivait-elle en ce moment ? Ça faisait très longtemps qu’elle attendait ce baiser. Seigneur qu’il était bon d’embrasser l’homme qu’il fallait et surtout au bon moment. Il fallait qu’elle se ressaisisse, mais comment ? Éric avait parfois le don de la désarmer.

 

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s