Chapitre 5 : Éric Johnson

le

grant-gustin-the-flash-portrait-promo-580x774

C’est à Paris que Taiana a réellement succombé au charme d’Éric. Éric était juste l’incarnation de la beauté. Quelle classe ! Wow, il n’y avait vraiment rien à lui reproché à part bien sûr son professionnalisme exagéré. Belle carrure, sourire désarmant, séduisant, charmeur. Il avait tout pour plaire mais Taiana semblait faire fi de tout ça. Tout ce qu’il importait était son travail ; sa mission.

Elle arrive à Paris, passe juste quelques mois en tant que secrétaire particulière avant d’être promu directrice de Johnson’s Enterprise. Elle se donne corps et âme pour la faire prospérer en s’imposant sur plusieurs marchés, en s’alliant avec les faibles et en leur donnant également l’opportunité de devenir grand. Profitant de l’occasion pour créer l’emploi et ouvrant ainsi des firmes textiles d’un côté et des parfumeries de l’autre. Johnson’s Enterprise avait acquis une telle notoriété que même concurrencer avec elle revenait à faire face à Taiana Camus en personne. N’empêche que certaines entreprises essayaient de rivaliser et de lui tenir tête. Il faut savoir qu’en tant que directrice de Johnson’s Enterprise, Taiana associait aussi son travail à Londres. A Londres, elle était gérante d’un hôtel cinq étoiles qu’elle avait préféré cacher à Éric.

Cependant on ne peut prospérer dans une entreprise avec une équipe qui cherche tout le temps à vous couler. Matt Duncan multipliait chaque jour les menaces de mort gênant ainsi Taiana de mener à bien son travail. Au bout de quatre ans, bien malgré elle, elle a dû démissionner de son poste suite aux menaces incessantes de Matt Duncan.

L’épreuve la plus dure était d’en parler à Mandy qui s’était mariée à Teddy, un ami avec qui elle travaillait aux ressources humaines à Kinshasa. Juste après le mariage, le couple décide d’aménager en Afrique du sud parce que Teddy avait reçu une belle proposition d’emploi qui ne le permettait plus de continuer de vivre à Kinshasa. Un mariage qui n’a pas vu la présence de Taiana, qui était empêché par le travail.

***

 

Au téléphone avec Mandy

 

La nouvelle allait certainement la mettre hors d‘elle. Mais que pouvait-on y faire? Elle avait passé 4 ans à travailler comme directrice de Johnson’s Enterprise malgré les menaces de ces vieux expérimentés. Jeter l’éponge était sa dernière volonté mais elle n’en pouvait plus, ç’en était trop ! Elle voulait à présent partir. Partir loin de Matt et sa bande. Il n’a jamais supporté l’idée qu’une « prostituée » gravisse aussi vite les échelons.

Pour lui rendre la vie dure, il a recouru à tous les moyens possibles. Les menaces avaient juste atteint la limite du supportable. Mais elle avait peur que Mandy lui crie dessus.

  • Mandy? (Taiana au téléphone)
  • Mon bébé, ça va? (Mandy qui répondait)
  • Je vais bien et mon chéri?
  • [Souriante] tu parles de quels chéris?
  • [Elle rit] Je parle de mon fils

Elle était si contente d’entendre la voix de Taiana. Elle avait l’air bien et en bonne santé.

  • Michael va bien, avait-elle répondu. Dis-moi comment va ton prince charmant?
  • Mon quoi? S’étonna-t-elle
  • Tu sais bien de qui je parle
  • Mandy, je ne veux pas parler d’Éric. Je voulais t’annoncer une nouvelle qui ne va certainement pas te plaire.
  • Vas-y ou du moins essaie
  • J’ai démissionné [tout en hésitant]

Apparemment la nouvelle n’avait pas étonné Mandy, elle s’y attendait

  • Tu es sûre que tu survivras? Répondit-elle comme si de rien était.
  • Évidemment, je suis même déjà à Londres
  • Vraiment?
  • Oui, Cédric m’a organisé une réception à l’occasion de nos retrouvailles.
  • Wow, ça c’est une bonne nouvelle
  • Tu n’es pas fâchée ou déçue de moi? Dit-elle confuse
  • Pourquoi donc Tai?
  • Ma démission, apparemment ça t’arrange

Elle prit une pause puis parla calmement.

  • Tu as tenu 4 ans parmi eux. Il fallait que ça arrive. J’aurai dû te le demander bien assez tôt mais je voulais que tu le réalises par toi-même. Travailler à Londres est mieux que Paris. Là tu as Cédric et Layla, il y aura moins de stress, moins de pressions. En plus tu es faite pour être gérante d’hôtel pas une directrice d’entreprise
  • Ça va. J’ai risqué ma peau pour lui. (Soudain soulagée)
  • Arrête de me tromper, tu aurais tout fait pour lui. Tu étais fasciné par lui depuis Kin. Et laisse-moi t’avouer que c’est réciproque. Dit Mandy
  • Qu’est-ce que tu en sais? Demanda-t-elle calmement
  • Je sais parce que je suis ta sœur et aussi ta maman, ma petite

Mandy n’avait pas tort. Mais pour elle, le travail passait avant tout, l’amour venait en seconde position.

  • Tu salues Teddy de ma part, pressée d’en finir tellement Mandy avait raison

***

L’aveu

 

La vérité est qu’après avoir annoncé accepter sa démission, Éric contacta Mandy qui vivait à présent à Jobourg avec Teddy et le petit Michaël qui avait vu le jour une année après leur union.

  • Il fallait que ça arrive, elle ne te le disait certainement pas mais elle risquait gros en restant à Paris, avait-elle essayé de lui faire les choses.
  • Pourtant je faisais de mon mieux pour qu’elle occupe cette place dignement. Répondait-il déçu
  • Je sais Éric, mais penses-tu que c’est ce qu’elle veut? A mon avis, tu devais lui en parler puisque tôt ou tard, elle voudra s’en aller et je ne pense pas que tu seras en mesure de la retenir. A moins qu’il y ait autre chose que tu évites de me dire.

Elle avait vu tout venir depuis la première fois où elle laissait sa sœur dans les bras de ce jeune homme. Il était temps de mettre les points au clair.

  • Dis-moi un peu, qu’attends-tu de ma sœur, tu ne vas pas toujours l’éloigner pour des raisons de service. La dernière fois qu’elle s’est éloignée de toi, tous les deux savons que nous avons failli la perdre. Le mettait-elle en garde
  • Je sais, réagit-il
  • Alors dis-moi, qu’est-ce qu’il y a? Demanda-t-elle patiemment
  • Je suis fou amoureux de ta sœur, lâcha-t-il

Elle le savait! Elle connaissait cette réponse. La vraie était de savoir si Éric voulait d’une relation sérieuse? Vu son passé à Kinshasa, Mandy n’était pas prête à laisser sa sœur dans ses bras.

  • Tu as parlé mais tu n’as rien dit, répondit-elle aussi calmement que possible

Wow, décidément cette femme n’avait pas changé malgré tout ce temps !

  • Je tiens à elle et je suis prêt à me battre pour elle si elle le veut.

C’était difficile que ça? Se dit Mandy

  • Je te comprends, admit-elle. Il va falloir que tu te battes pour elle.

Il y avait de l’espoir mais ce qui manquait c’était le courage d’affronter une fille qui semble heureuse mais qui avec le temps a érigé des barrières dans son cœur pour ne permettre à personne de les briser.

***

Lié à vie !

 

A la réception avec Cédric, tout se passait si bien qu’elle se sentait joyeuse. Taiana avait besoin de la chaleur familiale. A Paris, il lui manquait. Tellement submergée par le travail, elle avait à peine le temps de parler avec Mandy et retrouver Cédric accompagné de Layla avait un effet reposant sur elle.

  • J’aime bien la soirée
  • Ah ouais ? C’est la seule chose que je voulais entendre venant de toi. T’es devenue encore plus belle tu sais ? remarqua Cédric
  • Arrête de me flatter. Dit-elle rougissante
  • Bien ! Raconte-moi un peu ta vie là-bas
  • Que veux-tu que je te dise ? dit-elle. Au début, c’était la belle vie ensuite c’est devenu un enfer, un vrai enfer. J’en pouvais plus alors je suis partie. Mais j’ai comme l’impression que mon cœur est resté là [chassant de sa tête les mauvais souvenirs]. Ne t’inquiète pas, je ne me vois pas en train de te parler de ma vie privée, en souriant
  • Chez toi peut-être ? On pourrait en parler sans être dérangé
  • Ouais, demain soir. Ça te va ?
  • Ça me va
  • Mais tu viens seul. Tu connais mes conditions.

Comme au beau vieux temps, son côté gai n’avait pas disparu. Il savait que quand elle parlait de conditions et qu’elle souriait ensuite, il n’y avait pas de conditions.

  • Quoi, tu veux me faire une scène ?
  • Tu me vois capable de le faire ? t’es devenu malade j’ai l’impression.
  • Je plaisantais

Taiana était très contente de revoir Londres et ses amis. Ils lui avaient tellement manqué qu’elle n’avait pas envie de rentrer chez elle ce soir-là. C’est à ce moment qu’un homme aussi élégant que charmant, beau à couper le souffle se présenta à elle.

  • Bonsoir Tai

Comment connaissait-il le diminutif de son prénom ? Mais qui ça peut bien être ? Éric, Seigneur, que fait-il là?

  • (Étonnée), bonsoir
  • Comment tu vas?
  • Je vais bien, merci
  • Tu te souviens de moi?

Ça faisait 4 mois qu’elle avait quitté Paris mais comment pouvait-on qui oublier l’homme qui  hantait ses nuits? N’empêche qu’elle devait faire comme si Éric était un inconnu à ses yeux.

  • Non
  • Éric
  • Tu ne m’as pas oublié, j’espère?
  • Euh, bien sûr que Oui

Elle répondait en bégayant

Il emmena dehors, histoire de marcher un peu

  • Alors qu’est-ce que tu fais ici?
  • Je travaille
  • Tu travailles?
  • Oui, je suis gérante à l’hôtel
  • Ah bon? Tu comptais m’en parler?
  • Je devrais?
  • Je pensais qu’on se partageait un peu tout
  • Umm je ne pense pas,
  • Tu te sens bien à ce poste?
  • Oui, je l’étais même quand j’étais ta secrétaire,
  • Et tu ne me l’as jamais dit
  • Je n’osais pas le faire. Tu avais besoin d’une personne digne de confiance et qui se consacrerait uniquement à ton travail, crois-tu que je pouvais t’en parler?
  • Tu aurais pu essayer et je t’aurai écouté, c’était ça mon devoir

Éric ne savait pas que Taiana travaillait à l’hôtel, l’un des plus prestigieux de Londres. Ils marchèrent pendant longtemps jusqu’à ce qu’Éric décide de briser le silence en voulant savoir qui avait réellement menacé Taiana

  • Ecoutez c’est une histoire ancienne et je n’ai pas envie d’en parler.

Se rendant compte de sa bêtise, elle s’excusa du coup

  • Taiana?
  • Je suis là
  • Éric?
  • Ouais?
  • Que fais-tu là? En plus avec Ma Taiana

Il avait tellement insisté sur la possession qu’Éric était devenu rouge de jalousie. C’était Sa Taiana. Pas ce qu’il venait de dire.

  • Rien de grave, je parlais juste avec
  • Est-ce vrai Tai?
  • Oui,

Elle semblait troublée

  • Tu veux que je t’emmène quelque part? Juste pour prendre l’air, demanda Cédric à Taiana

Laissant Éric planter là

À première vue, Cédric ne portait pas Éric dans son cœur.

  • Comment vous vous connaissez?
  • C’est une longue histoire mais les grandes lignes sont que J’étais directrice d’une de ses entreprises pendant un temps avant de démissionner. J’étais chaque fois menacée, alors j’ai décidé de tout quitter
  • On t’a menacé? S’étonna Cédric, et Éric ne le savait pas?
  • Je n’ai pas voulu lui en parler
  • Et pourquoi?
  • Qui t’a mis dans cette situation? Du coup en colère
  • Cédric, essaie de te calmer tu veux?

Éric, laissé en arrière, ne voulait pas baisser les bras, il décida de les suivre. Quand il les surprit en train de parler des raisons de sa démission. Jusqu’à présent, elle n’a pas voulu en parler pour je ne sais quelle raison.

  • Qui t’a menacé? Demanda Éric
  • Éric, je pensais qu’on t’avait laissé [Taiana étonnée]
  • Oui, mais je te rappelle que j’ai juré à ta sœur d’assurer ta protection. Ce n’est pas maintenant que je vais baisser les bras. Alors, je t’écoute !

Cédric n’en revenait pas. Il connait aussi Mandy !

  • Ta sœur? Il veut parler de Mandy?
  • Oui,
  • Mais comment tu le connais? Et comment il connait Mandy? Demanda Cédric confus

Les questions fustigeaient de partout qu’elle lâcha tout simplement

  • Je ne veux pas répondre à ces questions
  • Mais comment veux-tu qu’on t’aide si tu ne nous dis rien? Reprit Cédric
  • À quoi ça va servir? Reprit-elle sur la défensive

Décidément, elle ne voulait pas dévoiler les noms de ses agresseurs !

  • Ça me servira à quelque chose, répondit Éric en serrant les dents
  • Tu es satisfaite? Rétorqua Cédric
  • Ce n’est pas la peine de vous liguer contre moi, je ne cracherai pas les noms.
  • C’est mon entreprise, je te rappelle

Devant Cédric qui, apparemment était devenu muet, la scène devenait chaude, il y avait de la fumée et des étincelles. Elle continuait à se défendre.

  • Ça ne change rien. Tu n’as pas dirigé l’entreprise pendant longtemps, ce n’est pas aujourd’hui que tu vas me le rappeler Éric. Si tu me laissais m’en aller, ça t’éviterait certains détails désagréables.

Elle partait déjà toute seule quand Éric prit sa main pour lui demander encore une fois

  • Taiana, je ne te le demande pas en tant qu’ami mais en tant que ton chef. Alors s’il te plait, tu veux bien me dire qui t’a menacée?

Nous voici au cinquième chapitre de notre chronique #Drôleˍdeˍparcours. Qu’auriez-vous fait à la place de Taiana qui est forcée de donner les noms de ses agresseurs ? J’ai hâte de lire vos réponses et vos commentaires. Merci pour toute la considération que vous nous porter.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s