Chapitre 4 : C’est partie !

55th Monte Carlo TV Festival : Day 2

Par  où commencer à lui dire. Elle  était toute agitée (pour la première fois depuis deux ans). Après son service, comme à son habitude, Éric l’accompagner jusqu’à son avenue.

  • Tu vas bien ? tu m’as l’air silencieux ce soir

Si seulement il savait comment elle bouillonnait, cette question n’avait pas lieu d’être. Mais il fallait revenir sur terre et garder son calme.

  • Pourquoi moi ? il y a beaucoup de filles chez Alfredo, pourquoi seulement moi?
  • Parce que tu n’offres pas les mêmes services que les autres filles. Tu es différente des autres filles. Tu as un but dans la vie contrairement aux autres. Ce que je veux, c’est te donner cette chance de réaliser tes rêves. Rien d’autre.

Avait-elle bien entendu ou c’était juste une façon de lui demander de la boucler. Une sélection minutieuse et importante de chaque mot, une diction superbe juste pour l’impressionner.

  • Je ne veux pas y aller. Je ne vous connais pas assez pour vous suivre et ma sœur ne serait pas d’accord
  • Laissez-moi la voir. Supplia-t-il

Il suppliait, quel bien étrange personnage !

  • Ça n’est pas une bonne idée.
  • Je vous le demande en toute sincérité. Je ne suis pas comme tu le penses.
  • J’aimerai que tu me prouves le contraire

Une fois à la maison, Mandy vit sa sœur triste et seule

  • Il est où ton client?
  • J’ai bien réfléchi- sa voix était à peine audible- à quoi ça sert de précipiter les choses ? j’ai refusé sa demande
  • Mais pourquoi ? -faussement triste- c’était une occasion en or et tu le voulais ce voyage. En la prenant par les épaules
  • Mandy, je suis fatiguée. Dors bien. Elle lui fit un baiser au front

 

***

L’affront

Pourquoi ce changement soudain ? Que voulait-elle comme preuve ? Devait-il arrêter de fréquenter Alfredo ? Et s’il arrêtait, il la perdrait à tout jamais. Des questions se posaient dans sa tête, une fois chez lui. Il n’avait plus assez de temps. Il devait faire quelque chose ou se passer d’elle carrément et voir directement sa sœur.

Le matin, elle était à l’université, voir Mandy en tête à tête était plus facile sans elle qui se rétracterait encore (on ne sait jamais avec les filles, se dit-il). Quelle folie ! Elle s’apprêtait à aller au travail quand elle vit un monsieur correspondant à la carrure d’un bel homme dans une tenue aussi décontractée que possible. Elle n’eut pas de doute. C’était lui ! Ce fameux Éric ! Comment l’accueillir ?  Pourquoi il était là ?

Aussi polie que possible, Mandy dut racler sa gorge pour bien se faire entendre

  • Je ne m’attendais à vous voir un jour

Il n’en revenait pas. Ainsi Taiana avait parlé de lui à sa sœur. Wow, sans la quitter des yeux, quelle beauté ? À vrai dire, il n’a jamais vu Taiana à la lumière du jour. Etait-elle comme sa sœur ?  Ça faisait un bon bout de temps qu’il ne rencontrait que de dévergondées, ce genre de beauté, il y en avait toujours sur terre ?

  • Je m’excuse énormément de déranger votre quiétude. Je suis Éric Johnson, un ami de votre sœur
  • Un client, tu veux dire.

Belle entrée de jeu. Elle lui avait donné place et ils parlaient à présent en tête à tête. Mandy avait l’air impénétrable, il s’agissait de SA sœur ! et il faut dire qu’elle s’était bien préparé à être en mesure de tenir tête  à faire face à ce monsieur parisien qui se croyait tout permis ! Avec cette réponse, Éric faillit abandonner mais le fallait-il ? Il avait un objectif et il fallait bien qu’il essaie. On ne lui voudrait pas surtout d’avoir essayé

  • Vous avez raison. Je suis un client chez Alfredo et votre sœur m’intéresse vraiment
  • Vraiment ? ma sœur t’intéresse ? que lui voulez-vous ?

Ce n’est pas sa mère quand même ! Pourquoi toutes ces questions ?

  • Je crains m’être mal fait comprendre – en essayant de se détendre, la tension montait comme pas possible- Ce que je veux dire par intéressé ce que votre sœur a un potentiel qui était en train d’être gaspillé dans un night-club. Excusez-moi si je lui ai rencontré là mais le premier jour où je l’ai vu, j’ai senti en elle une envie d’en faire un vrai produit. Quelqu’un qui peut gérer une entreprise, une vraie entreprise. Elle a le cran et elle peut le faire. Excusez-moi si je parle un peu trop pour conclure.

En fait, Éric parlait un peu trop. Il avait cette manie d’enfant de  riche mais il était quand même poli. Il marquait un point. Mais il avait raison. Taiana n’avait sa place dans ce genre d’endroit.

  • Pourquoi devrais-je la laisser vous suivre ? Là je sens une vraie volonté de l’aider mais qui ne me dit pas qu’une fois-là, elle deviendra votre instrument, un objet qui servira à assouvir vos désirs. Donnez-moi une raison

Mandy était une dame de fer presque inflexible. Elle a le réflexe d’une maman poule. Elle avait raison. Nul parent ne laisserait son enfant partir sur une terre inconnue avec un inconnu. En plus avec tout ce qui passe actuellement. C’est un non assuré !

  • … vous n’êtes pas marié, vous m’avez l’air plutôt bien barré, bien bâti. Pourquoi devrais-je le faire, continua-t-elle
  • On passe un marché, avait réagi Taiana qui avait pris tout son temps à les écouter
  • Tu n’es pas à vendre ! et il n’y a de marché à passer ! se leva-t-elle du coup en se battant de ne pas céder à la colère. …J’ai décidé et je vous écoute monsieur Johnson, en le regardant droit dans les yeux
  • Mandy, dit Taiana pour essayer de calmer sa sœur qui commençait à s’emporter

Éric, par contre, semblait à l’aise. Il était sûr de l’avoir. Mais Mandy ne lui rendait plus la tâche facile.

  • La raison ce que Taiana SAIT ce qu’elle veut -pour bien se faire entendre- Je peux bien la manipuler à mes dépens, je ne pense pas qu’elle se laisserait faire. Elle a connu pire que moi (en faisant référence à son travail de nuit), pensez-vous que je l’effraie malgré ma position sociale ? peut-être bien mais ce n’est pas n’important. Votre sœur a quelque chose que nous ne pouvons nous permettre de gaspiller. Aussi bien que, vous savez que j’ai raison, alors pourquoi la laisser mourir à petit feu dans cet endroit ? Ce que je peux vous promettre c’est de garantir sa protection quoi qu’il en coute ! conclut-il calmement

Parfois il savait convaincre en fin de compte.  Taiana devait calmer sa sœur. Elle demanda à Éric de s’en aller.

  • Il faut te calmer Mandy, ce n’est qu’une discussion. Pourquoi tu t’emportes à ce point.

Elle était en larmes. Elle pleurait de toutes ses forces. Mon Dieu que ferait-elle si Taiana s’en allait. Sa vie perdrait son sens. Elle devra penser à se marier et tout. Son corps et son cœur n’en pouvaient pas. La seule façon de s’exprimer était de pleurer comme un bébé dans les bras de celle qui a été son bébé. Elle passa toute la soirée à pleurer. Taiana devait partir pour faire sa vie loin d’elle. C’était ça sa destinée.

Le lendemain matin, Taiana était encore sur son lit.  Elle la regarda pendant longtemps, elle avait grandi à présent.

  • Je risque de ne plus partir. Je te vois et je sens ta tristesse.
  • Il faut que tu y ailles. C’est décidé. Je te laisse partir mais… mais ma petite sœur chérie, ne fais pas de bêtises, ne te laisse embobiner par sa beauté ou ses belles paroles ou encore son argent. Tu y vas avec un objectif et je veux que tu me rendes fière.
  • Ca faisait longtemps que je n’avais entendu ça. Dit-elle souriante s’asseyant sur le lit. Tu n’as pas à t’inquiéter.
  • Fait toujours attention à ta ligne. Ne vas pas t’habiller comme une star d’Hollywood la hein

Cette fois, elle pouffa de rire

  • J’ai compris le message. Je suis une congolaise et fière de l’être.

***

Le départ

Paris, Londres, Naples, toutes ces villes n’étaient visibles que sur le net ou dans les films. La veille de son départ, Taiana avait passé toute la journée à faire des courses avec sa sœur. Mandy avait tellement insisté qu’elle s’achète des nouveaux vêtements pour ne pas mourir de froid une fois à Londres. Mais était-elle obligée ? Oui, parce qu’elle le voulait et parce que c’était la dernière fois qu’elle faisait. Les courses l’aidaient  à ne pas penser à la séparation. Éric devait passer le soir pour s’assurer que tout était prêt et qu’il partait vraiment avec Taiana. Il a plutôt été bien servi puisque pour une fois Mandy était très amical avec lui. Quelle chance ! s’était-il dit.

  • Tu es sûre que tu veux que je parte, je peux refuser si tu me le demandes

Elle regarda sa sœur-souriante- caressa ses cheveux et dit

  • Je suis sûre que tu vas le montrer qui est la meilleure

Elles rirent ensemble. Des rires qui se transformèrent en larmes quelques minutes plus tard.  Arrivés à l’aéroport, Mandy serra très fort sa petite sœur et dit d’un air grave à Éric,

  • Tu pars avec elle mais moindre bêtise, tu le regretteras amèrement. Dit-elle d’une voix grave
  • Ne t’inquiète pas, je t’ai donné ma parole, je la tiendrai. Lui rassura-t-il
  • Sois sage mon bébé, s’adressant à Taiana
  • Ne t’inquiète pas. Occupe-toi plutôt de me trouver un beau frère. Je l’attends toujours
  • Petite folle, dit-elle en riant. Ça sera la première photo que tu recevras de moi
  • Je viendrai au mariage n’est-ce pas demanda-t-elle d’un ton qui voulait supplier à la fois à Éric et Mandy

Les deux répondirent tout de suite… non

  • Mais pourquoi ? Demanda-t-elle triste en insistant
  • Parce que tu pars d’une minute à une autre, dit Mandy
  • Tu veux te débarrasser de moi ? C’est un échec ! De toutes les façons, je n’ai pas besoin de ta permission pour  être à ton propre mariage.
  • Il faut que tu y ailles maintenant. Prends soin de toi, dit-elle d’une voix rassurante mais qui cachait une tristesse
  • Je t’aime Mandy.

Ce sont les derniers mots qu’elle avait prononcés avant de monter dans l’avion pour une aventure qui se voulait à la fois périlleuse et belle.

 

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s